Il se passe beaucoup de choses avec la Kawasaki KZ de France. Propriété de Sébastien Vernaison, un constructeur de vélos de 39 ans qui travaille comme plombier le jour. Dans ses temps libres cependant, Sébastien crée de véritables oeuvres d'art. Ce qu'il a fait à ce KZ650SR de 1980 n'est rien de moins qu'un savoir-faire de haut niveau. On n'en voit pas beaucoup Kawasaki KZ modifié, ce qui rend celui-ci déjà unique.

Ce n'est pas le premier rodéo de Sébastien. Il a construit un superbe Yamaha XS650 avant, complètement à la japonaise. Il a été présenté dans de nombreux magazines en 2020, et pour une bonne raison aussi. Décidément, l'imagination ne manque pas pour son ancienne carrure, mais aussi pour cette création plus récente.

Nous sommes une ventouse pour l'art du nez. Surtout ceux de la Seconde Guerre mondiale. Le premier art du nez a commencé au début du 2e siècle, pendant la Première Guerre mondiale. Lorsque les avions de chasse étaient utilisés en combat rapproché. Les pilotes peignaient leurs avions avec des textes menaçants ou imaginaient instiller la peur chez leurs adversaires. De nos jours, nous ne voyons plus l'art du nez dans l'armée, mais il est toujours considéré comme de l'art parmi les passionnés du monde entier.

Pour voir art du nez être utilisé sur une moto personnalisée fait battre notre cœur un peu plus vite. Mais il y a plus dans cette machine que l'art du nez, qui a un symbole du soleil levant à gauche et une bouche de requin à droite, un clin d'œil à l'est et à l'ouest. Sébastien a réussi à se procurer un carénage de course de Norton Commando et l'a modifié pour s'adapter parfaitement à la Kawasaki. La combinaison de l'art du nez et de la peinture verte mate a été incroyablement bien réalisée par Cédric B Encre.

L'arrière du KZ650 a été coupé et abaissé, à l'aide d'amortisseurs personnalisés. Il y a quelque chose de spécial dans ces amortisseurs. Ils sont modifiés pour l'air-ride, ce qui permet de relever ou d'abaisser l'arrière du vélo en appuyant simplement sur un interrupteur. A son point le plus haut, le jeu entre l'échappement et le sol n'est que de 10 centimètres ! Une caractéristique intéressante que nous voyons dans la scène des voitures personnalisées, mais pas souvent sur une moto.

Le capot arrière provient d'un Kawasaki Z1000ST et a été modifié pour s'adapter au KZ650. Le siège personnalisé a été fabriqué par Dérouillée Sellerie et semble étonnant sur ce vélo. L'échappement Delkevic a été modifié pour s'adapter parfaitement à cette KZ. Combiné avec les filtres à air DNA, ce Kawasaki respire définitivement mieux maintenant.

L'avant de la Kawasaki a également été abaissé pour s'adapter à la position plus basse que Sébastien recherchait. Le réservoir de carburant a été fortement modifié et intègre désormais un indicateur de niveau de carburant sur le côté et un bouchon d'essence escamotable. L'électricité de la Kawasaki a été remplacée par un faisceau de câbles simplifié qui s'adapte aux micro-interrupteurs. Nous aimons le look minimaliste, en particulier avec le grand centre avant tachy. Les lumières et les indicateurs à LED Kellerman contribuent davantage à ce look. Les leviers sont maintenant ceux de Brembo, qui sont réglables.

Lorsque vous regardez attentivement les images, vous verrez que la pédale de démarrage a l'air personnalisée. C'est parce que c'est, grâce à Motos T4. Ce qui est également personnalisé, c'est le Casque Ruroc 2.0 que Sébastien a fait pour correspondre au look de la moto. Petit détail, mais avec de grands résultats!

Sébastien admet qu'avec la garde au sol, la Kawasaki est plus adaptée aux balades lentes qu'à la course. Pourtant, avec la façon dont ce KZ650SR s'est avéré, nous ne serions pas surpris s'il ordonnait à quiconque de se déplacer vers la droite comme il apparaît dans votre rétroviseur. Et tout cela avec un budget ne dépassant pas 6000 XNUMX €.

Crédits photo: SKM

Détails du constructeur:
Motos Seb Kustom
Instagram
Facebook

Partager cet article, Choisissez votre plate-forme!

About the Author: Adnane Bensalah

Adnane Bensalah est un passionné de moto au plus haut niveau. Depuis qu'il a balancé sa jambe sur une Gilera Citta radiée qu'il a récupérée avec son frère à l'âge de 13 ans, son amour pour les véhicules à moteur à combustion à deux roues n'a fait que croître. À partir de ce jour, rouler et arracher des motos est tout ce à quoi il peut penser. Après avoir obtenu un diplôme en ingénierie aérospatiale, Adnane a fini par travailler pour une grande société pétrolière et gazière. Cela lui a permis de voyager partout dans le monde et de rencontrer des gens de tous horizons. Adnane aime interagir avec les gens et aime encore plus partager ses expériences. Adnane se qualifie lui-même de « motocycliste » au lieu de « motard », car il pense que cela semble fantaisiste. Il a possédé plus d'une douzaine de motos dans différentes catégories, mais sa véritable passion réside dans les motos rétro, les café racers et les scramblers. La philosophie d'Adnane est que n'importe quelle moto peut être considérée comme parfaite, tout dépend de la taille de votre sourire lorsque vous la conduisez. Ayant lui-même travaillé sur de nombreuses motos, Adnane est un véritable autodidacte et s'est formé au métier de mécanicien. « N'importe qui peut démonter un moteur, mais le remonter en état de marche, c'est ce qui fait la différence. C'est peut-être pour cette raison qu'il aime écrire sur les constructions de vélos et les personnes derrière elles. Adnane possède une Moto Guzzi V7 Special comme trajet quotidien, une Royal Enfield Classic 500 qui a été réglée pour la course.

Laissez Un Commentaire

Tags

Il se passe beaucoup de choses avec la Kawasaki KZ de France. Propriété de Sébastien Vernaison, un constructeur de vélos de 39 ans qui travaille comme plombier le jour. Dans ses temps libres cependant, Sébastien crée de véritables oeuvres d'art. Ce qu'il a fait à ce KZ650SR de 1980 n'est rien de moins qu'un savoir-faire de haut niveau. On n'en voit pas beaucoup Kawasaki KZ modifié, ce qui rend celui-ci déjà unique.

Ce n'est pas le premier rodéo de Sébastien. Il a construit un superbe Yamaha XS650 avant, complètement à la japonaise. Il a été présenté dans de nombreux magazines en 2020, et pour une bonne raison aussi. Décidément, l'imagination ne manque pas pour son ancienne carrure, mais aussi pour cette création plus récente.

Nous sommes une ventouse pour l'art du nez. Surtout ceux de la Seconde Guerre mondiale. Le premier art du nez a commencé au début du 2e siècle, pendant la Première Guerre mondiale. Lorsque les avions de chasse étaient utilisés en combat rapproché. Les pilotes peignaient leurs avions avec des textes menaçants ou imaginaient instiller la peur chez leurs adversaires. De nos jours, nous ne voyons plus l'art du nez dans l'armée, mais il est toujours considéré comme de l'art parmi les passionnés du monde entier.

Pour voir art du nez être utilisé sur une moto personnalisée fait battre notre cœur un peu plus vite. Mais il y a plus dans cette machine que l'art du nez, qui a un symbole du soleil levant à gauche et une bouche de requin à droite, un clin d'œil à l'est et à l'ouest. Sébastien a réussi à se procurer un carénage de course de Norton Commando et l'a modifié pour s'adapter parfaitement à la Kawasaki. La combinaison de l'art du nez et de la peinture verte mate a été incroyablement bien réalisée par Cédric B Encre.

L'arrière du KZ650 a été coupé et abaissé, à l'aide d'amortisseurs personnalisés. Il y a quelque chose de spécial dans ces amortisseurs. Ils sont modifiés pour l'air-ride, ce qui permet de relever ou d'abaisser l'arrière du vélo en appuyant simplement sur un interrupteur. A son point le plus haut, le jeu entre l'échappement et le sol n'est que de 10 centimètres ! Une caractéristique intéressante que nous voyons dans la scène des voitures personnalisées, mais pas souvent sur une moto.

Le capot arrière provient d'un Kawasaki Z1000ST et a été modifié pour s'adapter au KZ650. Le siège personnalisé a été fabriqué par Dérouillée Sellerie et semble étonnant sur ce vélo. L'échappement Delkevic a été modifié pour s'adapter parfaitement à cette KZ. Combiné avec les filtres à air DNA, ce Kawasaki respire définitivement mieux maintenant.

L'avant de la Kawasaki a également été abaissé pour s'adapter à la position plus basse que Sébastien recherchait. Le réservoir de carburant a été fortement modifié et intègre désormais un indicateur de niveau de carburant sur le côté et un bouchon d'essence escamotable. L'électricité de la Kawasaki a été remplacée par un faisceau de câbles simplifié qui s'adapte aux micro-interrupteurs. Nous aimons le look minimaliste, en particulier avec le grand centre avant tachy. Les lumières et les indicateurs à LED Kellerman contribuent davantage à ce look. Les leviers sont maintenant ceux de Brembo, qui sont réglables.

Lorsque vous regardez attentivement les images, vous verrez que la pédale de démarrage a l'air personnalisée. C'est parce que c'est, grâce à Motos T4. Ce qui est également personnalisé, c'est le Casque Ruroc 2.0 que Sébastien a fait pour correspondre au look de la moto. Petit détail, mais avec de grands résultats!

Sébastien admet qu'avec la garde au sol, la Kawasaki est plus adaptée aux balades lentes qu'à la course. Pourtant, avec la façon dont ce KZ650SR s'est avéré, nous ne serions pas surpris s'il ordonnait à quiconque de se déplacer vers la droite comme il apparaît dans votre rétroviseur. Et tout cela avec un budget ne dépassant pas 6000 XNUMX €.

Crédits photo: SKM

Détails du constructeur:
Motos Seb Kustom
Instagram
Facebook

Partager cet article, Choisissez votre plate-forme!

About the Author: Adnane Bensalah

Adnane Bensalah est un passionné de moto au plus haut niveau. Depuis qu'il a balancé sa jambe sur une Gilera Citta radiée qu'il a récupérée avec son frère à l'âge de 13 ans, son amour pour les véhicules à moteur à combustion à deux roues n'a fait que croître. À partir de ce jour, rouler et arracher des motos est tout ce à quoi il peut penser. Après avoir obtenu un diplôme en ingénierie aérospatiale, Adnane a fini par travailler pour une grande société pétrolière et gazière. Cela lui a permis de voyager partout dans le monde et de rencontrer des gens de tous horizons. Adnane aime interagir avec les gens et aime encore plus partager ses expériences. Adnane se qualifie lui-même de « motocycliste » au lieu de « motard », car il pense que cela semble fantaisiste. Il a possédé plus d'une douzaine de motos dans différentes catégories, mais sa véritable passion réside dans les motos rétro, les café racers et les scramblers. La philosophie d'Adnane est que n'importe quelle moto peut être considérée comme parfaite, tout dépend de la taille de votre sourire lorsque vous la conduisez. Ayant lui-même travaillé sur de nombreuses motos, Adnane est un véritable autodidacte et s'est formé au métier de mécanicien. « N'importe qui peut démonter un moteur, mais le remonter en état de marche, c'est ce qui fait la différence. C'est peut-être pour cette raison qu'il aime écrire sur les constructions de vélos et les personnes derrière elles. Adnane possède une Moto Guzzi V7 Special comme trajet quotidien, une Royal Enfield Classic 500 qui a été réglée pour la course.

Laissez Un Commentaire

Tags