À la mi-juin, aux premières lueurs d'un matin d'été, 12 personnes se sont retrouvées dans une station-service à Berlin. Après avoir rempli nos réservoirs et nos ventres, nous sommes partis vers Kassel, destination finale : la 12ème édition de Wheels & Waves à Biarritz, France. L'équipage chevauche leurs montures de fer, dont trois Ducati, BMW, Triumphs, Honda, Royal Enfield, Moto Guzzi et deux Moto Morini sponsorisées (lisez notre première revue de conduite du Seiemmezzo SCR).

Photo de : Cäthe Pfläging

Le facteur fédérateur de cette collection aléatoire de vélos : Craftwerk Berlin. Craftwerk est un garage communautaire où les membres peuvent stocker leurs motos, effectuer un entretien régulier (supervisé), construire leurs motos personnalisées et profiter d'une gamme d'événements liés à la moto, notamment des sorties, des ateliers et des projections de motoGP et de documentaires. Il comprend un espace événementiel pouvant être loué et faisant également office de musée, ainsi qu'un café également ouvert au public. Si vous vous trouvez à Berlin, cet endroit est fortement recommandé. L'un des fondateurs et un membre ont réfléchi ensemble et ont planifié ce voyage à Biarritz et l'ont surnommé « Transpirenaica ». Pourquoi? Parce que nous tracerions des traces à travers les Pyrénées espagnoles du sud, de la côte méditerranéenne à la côte atlantique et retour le long du côté nord français. 

Photo : Janna Strauss

La première étape, Berlin-Kassel, s'est déroulée sans incident, à l'exception d'un déflecteur d'échappement malveillant qui a été remis par McGyver dans l'échappement avec un trombone. L'itinéraire nous a conduit via le musée Bauhaus de Dessau pour une pause café culturelle et à travers le parc national des montagnes du Harz pour équilibrer les kilomètres d'autoroute. A Kassel, Rudi et son bus nous attendaient. Un bus stratégiquement chronométré pour accélérer le transport des 12 et de leurs motos vers Perpignan. Deux autres personnes sont arrivées en train, elles conduiraient le véhicule d'assistance. Pendant le chargement des motos, le groupe a profité d'un somptueux dîner à la station-service sur le trottoir, avant que les 14 personnes ne montent dans le bus et tentent de dormir un peu. 18h plus tard, nous débarquons dans le sud de la France et révisons nos vélos et nos bagages. L'un des anciens avait besoin de vérifier le jeu des poussoirs et de resserrer les goujons de culasse, ce qui en faisait la deuxième « réparation » dans un rayon de 500 km. Ici, un autre pilote Triumph plus de Vienne nous a rejoint.

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

De Perpignan nous partons par les routes de campagne dans les collines pour déjeuner au Donjon de Pyrepertuse à Duilhac-sous-Peyrepertuse. Après avoir ravitaillé les humains, les routes sinueuses des Pyrénées nous ont fait traverser les Gorges de Galamus, avec ses falaises abruptes coupées par les rivières en profondeur et une route taillée dans les parois du canyon avec des surplombs spectaculaires, chevauchant cette route étroite fait battre le cœur. tout en laissant tomber votre mâchoire avec admiration. Le contraste en passant par le Col d’Ares, de l’autre côté de la frontière espagnole, était saisissant. Alors que le canyon est fermé et étroit, les vues depuis les montagnes sont larges et lointaines. Nous avons passé la nuit au camping Vall de Camprodon. Ici, nous avons été réunis avec 3 pilotes supplémentaires qui se sont dirigés vers le sud avec la camionnette de soutien, chargée d'une Yamaha, d'une Rieju et d'une BMW. Avoir une camionnette d’assistance s’avérerait bientôt la décision la plus judicieuse de tout le voyage. Plus tôt, nous avons été séparés de la Guzzi qui avait des problèmes d'allumage, mais nous nous sommes dirigés vers le camping avec une carte papier dessinée à la main. Cela aide certainement de parler couramment espagnol. 


Photo de : Cäthe Pfläging

Le lendemain matin, nous sommes partis pour Montardit de Baix, via Castellar de n’Hug et le parc naturel de Cadí-Moixeró. Nous avions divisé le groupe en deux petits groupes en fonction de nos compétences en conduite, ce qui facilitait la conduite tout en compliqué la logistique. Les routes venteuses, les montées et les descentes des montagnes constituaient un changement bienvenu par rapport aux routes droites que nous parcourons habituellement autour de Berlin.

Photo de : Cäthe Pfläging

Le lendemain matin, après un petit-déjeuner composé de sandwichs grillés, de croissants, de cafés et de jus d'orange, nous partons vers d'autres cols de montagne. Malheureusement, la Moto Guzzi est encore une fois restée en retrait. Mais cette fois, il manquait quelque chose… la clé de contact. Après avoir fouillé chaque poche, pantalon et veste, deux fois, et après avoir déchargé et remballé le van, deux fois, et fouillé tout le matériel de camping, la décision a été prise de charger la Guzzi dans le van et de rattraper le reste du groupe. Pendant ce temps, au sommet d'une montagne, l'un des autres coureurs a été plutôt surpris de trouver une clé inconnue dans la poche d'une veste… Les vestes en cuir noir se ressemblent sûrement quand le soleil est couché.

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

La troisième nuit, nous avons séjourné à Boltaña. Nous avons attrapé un peu de pluie ce jour-là et nous nous sommes moqués du temps estival espagnol. Nous ne savions pas ce que demain nous réserverait. 

Après un sommeil paisible, le ciel s'est un peu éclairci et nous avons volontiers enfourché nos vélos pour des routes plus venteuses. Nous avons traversé de magnifiques gorges et des cols de montagne offrant des vues imprenables. Mais la météo n’était pas de notre côté ce jour-là. Nous avons à peine vu le soleil et les nuages ​​sont devenus d'un gris plus profond. Les groupes se sont encore davantage divisés et j'étais dans un groupe de quatre personnes qui se dirigeaient vers le nord à travers les vallées en direction du camping Asolaze à Isaba. Alors que la pluie devenait plus intense, nous avons raté une bifurcation et avons roulé jusqu'au bout de la vallée sous ce qui était devenu une averse torrentielle. Sur le bord du trottoir, de petites rivières d'eau trouble, brun jaunâtre, avaient commencé à couler. Plus d’une fois, nous avons vu la roue avant plonger dans une flaque d’eau jusqu’à l’essieu. Au bout du chemin nous avons repéré une auberge, nous y sommes arrivés !
Sauf que l'auberge n'était pas Asolaze, c'était l'auberge Linza, une vallée à l'est de l'endroit où nous devions être, séparée par une montagne de 1500 m de haut. Nous avons donc dû revenir une demi-heure en arrière, franchir le col et remonter vers le nord dans la vallée suivante. Les 20 km qui prennent normalement moins d’une demi-heure durent désormais 45 minutes. La pluie persistait et les semelles de mes bottes étaient trempées, l'eau s'était infiltrée partout. Les vêtements de pluie ne sont étanches que jusqu'à ce qu'ils ne le soient plus. Heureusement, nous sommes tous arrivés à Asolaze sans incident ni accident, et des tapas chaudes nous attendaient. Une autre moto sponsorisée, une BMW R18 pilotée par l'esprit derrière Équipement moto au nord de Berlin, nous a rejoint ici. 

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Aucun trajet n'était prévu pour le lendemain, chacun était donc libre de décider s'il irait à cheval quelque part ou s'il se détendre et sécher ses vêtements. Quelques-uns ont pris la route des montagnes jusqu'à l'hôtel Canfranc, dans la vallée de l'Aragon. L'ancienne gare, construite en 1928 à la frontière entre la France et l'Espagne, est restée abandonnée de 1970 jusqu'au début de 2023, date à laquelle elle a accueilli ses premiers clients sous forme d'hôtel. Un bon arrêt pour des photos ou un café.
La moitié du groupe est retournée dans les gorges au sud d'Ansó pour prendre des photos et des vidéos pour les différents sponsors de motos, d'équipements et de casques. Tourner une vidéo en conduisant les deux Moto Morini et les deux BMW était amusant ! Contrairement à la veille, c'était une véritable canicule ! Plus de 30 degrés Celsius sont confortables à la plage ou gérables en roulant, mais debout au soleil éclatant dans un costume plein nord de Berlin ou Points rouillés le denim et les vêtements en cuir sont une autre histoire.

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

En fin de journée, tout le monde s'est rendu au sommet du col pour un coucher de soleil et un pique-nique. Les conditions routières étaient excellentes, les virages excitants, mais le brouillard obscurcissait la vue et le dîner fut reporté. Le dernier pilote a rejoint le groupe ici, au sommet d'une superbe Ducati 999S, qui compte désormais 18 personnes.

Photo de : Cäthe Pfläging


Photo de : Casper van der Ven

Le lendemain matin nous partons pour notre destination : Biarritz ! En raison des difficultés d'allumage récurrentes des Guzzi et d'un pneu arrière usé sur une Ducati, un petit sous-groupe s'est rendu à Saint-Sébastien pour trouver un magasin de motos. Pendant que le magasin changeait le pneu, les garçons ont sorti leurs outils et ont essayé d'ajuster les points et le timing de la Guzzi. Ils ont été récompensés par un coucher de soleil sur la plage, quelques bières et des assiettes de spécialités locales à partager, des pintxos ou des tapas basques. Pensez aux pommes de terre frites (Krokettas), aux boulettes de viande panées (Bolas de Carne) et aux omelettes (pintxos de tortilla). Ádamo est célèbre pour les leurs. Comme c'était la veille du solstice d'été, ou San Juan Eguna, des artistes locaux se sont produits sur une scène sur la place Padre Claret, à côté de la plage de Zurriola, et toute la ville a dansé les danses folkloriques traditionnelles jusqu'à la nuit autour d'un grand feu. L’atmosphère était à la fois extatique et détendue, sans avoir cette ambiance touristique ringarde trop familière. Les Guzzi sont restés à Saint-Sébastien. Cette fois, ce n'est pas à cause de difficultés techniques, mais parce que le pilote a offert cette moto à son père, qui réside ici et envisage de se remettre en selle. Quel merveilleux geste !

Notre base à Biarritz était au Camping Erreka, point central pour profiter des festivités autour de Wheels & Waves. Nous sommes allés aux courses de flat track à Saint-Sébastien, aux concerts et spectacles de vendeurs à la Cité de l'Océan à Biarritz, et avons passé une journée à la plage pour reposer notre corps après une semaine de roulage toute la journée, tous les jours. Malheureusement, la houle aussi se reposait et il était hors de question de surfer. Nous nous sommes rattrapés en découpant nous-mêmes une grosse tranche de Gâteau Basque, un gâteau beurré, croustillant et fondant, la spécialité locale. 

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Janna Strauss

Photo de : Cäthe Pfläging

Après deux nuits au festival, profitant des concerts, des motos exposées, des spectacles, des stands des vendeurs et rencontrant des personnes partageant les mêmes idées, nous sommes repartis vers Berlin. Par différents cols, dont le Col de Cloze et le Col du Tourmalet, nous nous dirigeons vers le Camping d’Esplantats à Sarrancolin. Rouler dans cette partie de la France offre des itinéraires pour tous les goûts. Quelle merveilleuse partie du monde ! La boulangerie locale nous a fourni des croissants, du café et même du flan, le pudding au caramel, avant de repartir le lendemain matin. Certaines parties du groupe s'étaient séparées pour recréer leurs propres morceaux, en raison d'horaires et d'obligations différents. 


Photo de : Cäthe Pfläging

Après une longue journée en selle, à travers collines et forêts magnifiques, nous sommes arrivés au Camping Domaine LaCanal, tenu par un couple hollandais. Même s’ils n’étaient pas tout à fait ouverts pour la saison, ils nous ont hébergés pour la nuit et ont même préparé un énorme petit-déjeuner le lendemain matin. Un joli camping à flanc de colline, avec une vue fantastique sur la vallée. Malheureusement, j'ai dû retirer le R80 et le renvoyer chez moi avec la camionnette en raison d'un joint grillé et du manque de temps pour obtenir des pièces, le réparer et arriver en Italie à temps pour un mariage. De même, la Ducati 999 a également dû abandonner. Il avait essayé de déployer ses ailes la veille, quand quelqu'un l'avait fait passer un test de vitesse de pointe sur l'autoroute locale. Il m'a rattrapé avec un rugissement unique à un jumeau desmodromique avec un système d'échappement ouvert. Peu de temps après, j'ai repéré un panneau rouge vif sur l'asphalte, ainsi que deux traces de pneus noires, s'agitant et se croisant depuis la voie de gauche, dans la voie du milieu, en traversant la voie de droite, et j'ai eu peur de voir la moto et le pilote séparés sur la voie de droite. le bord de la route. Grâce à leur habileté et à une grande dose de chance, le pilote et la moto se sont retrouvés debout à la sortie suivante, même si la Ducati avait l'air un peu nue. L'étalon italien avait effectivement réussi à perdre ses ailes. Le vent s'était glissé sous le carénage et avait arraché les panneaux gauche et droit, éjectant presque le pilote dans le processus. Secoués et sidérés, nous avons tous pris une minute pour compter nos bénédictions.

Photo de : Casper van der Ven

Le sceau soufflé a mis fin au voyage un peu plus tôt pour votre humble serviteur, mais grâce aux transports en commun français et italiens, je me suis rendu au mariage en Italie trois jours plus tard. Le reste de l'équipage est retourné à Berlin via les Alpes françaises et suisses. Envie d'en voir plus ? Regardez cette vidéo sur la chaîne de Nils Homann (Crédits photo et vidéo : Cäthe Pfläging, Patricia Strauss, Felix Schmidt)


Photo de : Cäthe Pfläging
Photo de : Cäthe Pfläging

Partager cet article, Choisissez votre plate-forme!

About the Author: Casper van der Ven

Laissez Un Commentaire

Tags

À la mi-juin, aux premières lueurs d'un matin d'été, 12 personnes se sont retrouvées dans une station-service à Berlin. Après avoir rempli nos réservoirs et nos ventres, nous sommes partis vers Kassel, destination finale : la 12ème édition de Wheels & Waves à Biarritz, France. L'équipage chevauche leurs montures de fer, dont trois Ducati, BMW, Triumphs, Honda, Royal Enfield, Moto Guzzi et deux Moto Morini sponsorisées (lisez notre première revue de conduite du Seiemmezzo SCR).

Photo de : Cäthe Pfläging

Le facteur fédérateur de cette collection aléatoire de vélos : Craftwerk Berlin. Craftwerk est un garage communautaire où les membres peuvent stocker leurs motos, effectuer un entretien régulier (supervisé), construire leurs motos personnalisées et profiter d'une gamme d'événements liés à la moto, notamment des sorties, des ateliers et des projections de motoGP et de documentaires. Il comprend un espace événementiel pouvant être loué et faisant également office de musée, ainsi qu'un café également ouvert au public. Si vous vous trouvez à Berlin, cet endroit est fortement recommandé. L'un des fondateurs et un membre ont réfléchi ensemble et ont planifié ce voyage à Biarritz et l'ont surnommé « Transpirenaica ». Pourquoi? Parce que nous tracerions des traces à travers les Pyrénées espagnoles du sud, de la côte méditerranéenne à la côte atlantique et retour le long du côté nord français. 

Photo : Janna Strauss

La première étape, Berlin-Kassel, s'est déroulée sans incident, à l'exception d'un déflecteur d'échappement malveillant qui a été remis par McGyver dans l'échappement avec un trombone. L'itinéraire nous a conduit via le musée Bauhaus de Dessau pour une pause café culturelle et à travers le parc national des montagnes du Harz pour équilibrer les kilomètres d'autoroute. A Kassel, Rudi et son bus nous attendaient. Un bus stratégiquement chronométré pour accélérer le transport des 12 et de leurs motos vers Perpignan. Deux autres personnes sont arrivées en train, elles conduiraient le véhicule d'assistance. Pendant le chargement des motos, le groupe a profité d'un somptueux dîner à la station-service sur le trottoir, avant que les 14 personnes ne montent dans le bus et tentent de dormir un peu. 18h plus tard, nous débarquons dans le sud de la France et révisons nos vélos et nos bagages. L'un des anciens avait besoin de vérifier le jeu des poussoirs et de resserrer les goujons de culasse, ce qui en faisait la deuxième « réparation » dans un rayon de 500 km. Ici, un autre pilote Triumph plus de Vienne nous a rejoint.

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

De Perpignan nous partons par les routes de campagne dans les collines pour déjeuner au Donjon de Pyrepertuse à Duilhac-sous-Peyrepertuse. Après avoir ravitaillé les humains, les routes sinueuses des Pyrénées nous ont fait traverser les Gorges de Galamus, avec ses falaises abruptes coupées par les rivières en profondeur et une route taillée dans les parois du canyon avec des surplombs spectaculaires, chevauchant cette route étroite fait battre le cœur. tout en laissant tomber votre mâchoire avec admiration. Le contraste en passant par le Col d’Ares, de l’autre côté de la frontière espagnole, était saisissant. Alors que le canyon est fermé et étroit, les vues depuis les montagnes sont larges et lointaines. Nous avons passé la nuit au camping Vall de Camprodon. Ici, nous avons été réunis avec 3 pilotes supplémentaires qui se sont dirigés vers le sud avec la camionnette de soutien, chargée d'une Yamaha, d'une Rieju et d'une BMW. Avoir une camionnette d’assistance s’avérerait bientôt la décision la plus judicieuse de tout le voyage. Plus tôt, nous avons été séparés de la Guzzi qui avait des problèmes d'allumage, mais nous nous sommes dirigés vers le camping avec une carte papier dessinée à la main. Cela aide certainement de parler couramment espagnol. 


Photo de : Cäthe Pfläging

Le lendemain matin, nous sommes partis pour Montardit de Baix, via Castellar de n’Hug et le parc naturel de Cadí-Moixeró. Nous avions divisé le groupe en deux petits groupes en fonction de nos compétences en conduite, ce qui facilitait la conduite tout en compliqué la logistique. Les routes venteuses, les montées et les descentes des montagnes constituaient un changement bienvenu par rapport aux routes droites que nous parcourons habituellement autour de Berlin.

Photo de : Cäthe Pfläging

Le lendemain matin, après un petit-déjeuner composé de sandwichs grillés, de croissants, de cafés et de jus d'orange, nous partons vers d'autres cols de montagne. Malheureusement, la Moto Guzzi est encore une fois restée en retrait. Mais cette fois, il manquait quelque chose… la clé de contact. Après avoir fouillé chaque poche, pantalon et veste, deux fois, et après avoir déchargé et remballé le van, deux fois, et fouillé tout le matériel de camping, la décision a été prise de charger la Guzzi dans le van et de rattraper le reste du groupe. Pendant ce temps, au sommet d'une montagne, l'un des autres coureurs a été plutôt surpris de trouver une clé inconnue dans la poche d'une veste… Les vestes en cuir noir se ressemblent sûrement quand le soleil est couché.

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

La troisième nuit, nous avons séjourné à Boltaña. Nous avons attrapé un peu de pluie ce jour-là et nous nous sommes moqués du temps estival espagnol. Nous ne savions pas ce que demain nous réserverait. 

Après un sommeil paisible, le ciel s'est un peu éclairci et nous avons volontiers enfourché nos vélos pour des routes plus venteuses. Nous avons traversé de magnifiques gorges et des cols de montagne offrant des vues imprenables. Mais la météo n’était pas de notre côté ce jour-là. Nous avons à peine vu le soleil et les nuages ​​sont devenus d'un gris plus profond. Les groupes se sont encore davantage divisés et j'étais dans un groupe de quatre personnes qui se dirigeaient vers le nord à travers les vallées en direction du camping Asolaze à Isaba. Alors que la pluie devenait plus intense, nous avons raté une bifurcation et avons roulé jusqu'au bout de la vallée sous ce qui était devenu une averse torrentielle. Sur le bord du trottoir, de petites rivières d'eau trouble, brun jaunâtre, avaient commencé à couler. Plus d’une fois, nous avons vu la roue avant plonger dans une flaque d’eau jusqu’à l’essieu. Au bout du chemin nous avons repéré une auberge, nous y sommes arrivés !
Sauf que l'auberge n'était pas Asolaze, c'était l'auberge Linza, une vallée à l'est de l'endroit où nous devions être, séparée par une montagne de 1500 m de haut. Nous avons donc dû revenir une demi-heure en arrière, franchir le col et remonter vers le nord dans la vallée suivante. Les 20 km qui prennent normalement moins d’une demi-heure durent désormais 45 minutes. La pluie persistait et les semelles de mes bottes étaient trempées, l'eau s'était infiltrée partout. Les vêtements de pluie ne sont étanches que jusqu'à ce qu'ils ne le soient plus. Heureusement, nous sommes tous arrivés à Asolaze sans incident ni accident, et des tapas chaudes nous attendaient. Une autre moto sponsorisée, une BMW R18 pilotée par l'esprit derrière Équipement moto au nord de Berlin, nous a rejoint ici. 

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Aucun trajet n'était prévu pour le lendemain, chacun était donc libre de décider s'il irait à cheval quelque part ou s'il se détendre et sécher ses vêtements. Quelques-uns ont pris la route des montagnes jusqu'à l'hôtel Canfranc, dans la vallée de l'Aragon. L'ancienne gare, construite en 1928 à la frontière entre la France et l'Espagne, est restée abandonnée de 1970 jusqu'au début de 2023, date à laquelle elle a accueilli ses premiers clients sous forme d'hôtel. Un bon arrêt pour des photos ou un café.
La moitié du groupe est retournée dans les gorges au sud d'Ansó pour prendre des photos et des vidéos pour les différents sponsors de motos, d'équipements et de casques. Tourner une vidéo en conduisant les deux Moto Morini et les deux BMW était amusant ! Contrairement à la veille, c'était une véritable canicule ! Plus de 30 degrés Celsius sont confortables à la plage ou gérables en roulant, mais debout au soleil éclatant dans un costume plein nord de Berlin ou Points rouillés le denim et les vêtements en cuir sont une autre histoire.

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

En fin de journée, tout le monde s'est rendu au sommet du col pour un coucher de soleil et un pique-nique. Les conditions routières étaient excellentes, les virages excitants, mais le brouillard obscurcissait la vue et le dîner fut reporté. Le dernier pilote a rejoint le groupe ici, au sommet d'une superbe Ducati 999S, qui compte désormais 18 personnes.

Photo de : Cäthe Pfläging


Photo de : Casper van der Ven

Le lendemain matin nous partons pour notre destination : Biarritz ! En raison des difficultés d'allumage récurrentes des Guzzi et d'un pneu arrière usé sur une Ducati, un petit sous-groupe s'est rendu à Saint-Sébastien pour trouver un magasin de motos. Pendant que le magasin changeait le pneu, les garçons ont sorti leurs outils et ont essayé d'ajuster les points et le timing de la Guzzi. Ils ont été récompensés par un coucher de soleil sur la plage, quelques bières et des assiettes de spécialités locales à partager, des pintxos ou des tapas basques. Pensez aux pommes de terre frites (Krokettas), aux boulettes de viande panées (Bolas de Carne) et aux omelettes (pintxos de tortilla). Ádamo est célèbre pour les leurs. Comme c'était la veille du solstice d'été, ou San Juan Eguna, des artistes locaux se sont produits sur une scène sur la place Padre Claret, à côté de la plage de Zurriola, et toute la ville a dansé les danses folkloriques traditionnelles jusqu'à la nuit autour d'un grand feu. L’atmosphère était à la fois extatique et détendue, sans avoir cette ambiance touristique ringarde trop familière. Les Guzzi sont restés à Saint-Sébastien. Cette fois, ce n'est pas à cause de difficultés techniques, mais parce que le pilote a offert cette moto à son père, qui réside ici et envisage de se remettre en selle. Quel merveilleux geste !

Notre base à Biarritz était au Camping Erreka, point central pour profiter des festivités autour de Wheels & Waves. Nous sommes allés aux courses de flat track à Saint-Sébastien, aux concerts et spectacles de vendeurs à la Cité de l'Océan à Biarritz, et avons passé une journée à la plage pour reposer notre corps après une semaine de roulage toute la journée, tous les jours. Malheureusement, la houle aussi se reposait et il était hors de question de surfer. Nous nous sommes rattrapés en découpant nous-mêmes une grosse tranche de Gâteau Basque, un gâteau beurré, croustillant et fondant, la spécialité locale. 

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Patricia Sevilla Ciordia http://pscfoto.net

Photo : Janna Strauss

Photo de : Cäthe Pfläging

Après deux nuits au festival, profitant des concerts, des motos exposées, des spectacles, des stands des vendeurs et rencontrant des personnes partageant les mêmes idées, nous sommes repartis vers Berlin. Par différents cols, dont le Col de Cloze et le Col du Tourmalet, nous nous dirigeons vers le Camping d’Esplantats à Sarrancolin. Rouler dans cette partie de la France offre des itinéraires pour tous les goûts. Quelle merveilleuse partie du monde ! La boulangerie locale nous a fourni des croissants, du café et même du flan, le pudding au caramel, avant de repartir le lendemain matin. Certaines parties du groupe s'étaient séparées pour recréer leurs propres morceaux, en raison d'horaires et d'obligations différents. 


Photo de : Cäthe Pfläging

Après une longue journée en selle, à travers collines et forêts magnifiques, nous sommes arrivés au Camping Domaine LaCanal, tenu par un couple hollandais. Même s’ils n’étaient pas tout à fait ouverts pour la saison, ils nous ont hébergés pour la nuit et ont même préparé un énorme petit-déjeuner le lendemain matin. Un joli camping à flanc de colline, avec une vue fantastique sur la vallée. Malheureusement, j'ai dû retirer le R80 et le renvoyer chez moi avec la camionnette en raison d'un joint grillé et du manque de temps pour obtenir des pièces, le réparer et arriver en Italie à temps pour un mariage. De même, la Ducati 999 a également dû abandonner. Il avait essayé de déployer ses ailes la veille, quand quelqu'un l'avait fait passer un test de vitesse de pointe sur l'autoroute locale. Il m'a rattrapé avec un rugissement unique à un jumeau desmodromique avec un système d'échappement ouvert. Peu de temps après, j'ai repéré un panneau rouge vif sur l'asphalte, ainsi que deux traces de pneus noires, s'agitant et se croisant depuis la voie de gauche, dans la voie du milieu, en traversant la voie de droite, et j'ai eu peur de voir la moto et le pilote séparés sur la voie de droite. le bord de la route. Grâce à leur habileté et à une grande dose de chance, le pilote et la moto se sont retrouvés debout à la sortie suivante, même si la Ducati avait l'air un peu nue. L'étalon italien avait effectivement réussi à perdre ses ailes. Le vent s'était glissé sous le carénage et avait arraché les panneaux gauche et droit, éjectant presque le pilote dans le processus. Secoués et sidérés, nous avons tous pris une minute pour compter nos bénédictions.

Photo de : Casper van der Ven

Le sceau soufflé a mis fin au voyage un peu plus tôt pour votre humble serviteur, mais grâce aux transports en commun français et italiens, je me suis rendu au mariage en Italie trois jours plus tard. Le reste de l'équipage est retourné à Berlin via les Alpes françaises et suisses. Envie d'en voir plus ? Regardez cette vidéo sur la chaîne de Nils Homann (Crédits photo et vidéo : Cäthe Pfläging, Patricia Strauss, Felix Schmidt)


Photo de : Cäthe Pfläging
Photo de : Cäthe Pfläging

Partager cet article, Choisissez votre plate-forme!

About the Author: Casper van der Ven

Laissez Un Commentaire

Tags