Il y a un petit nouveau en ville !

Tout d'un coup, il semble que tout le monde et ses voisins sortent des motos à un rythme alarmant. Mais nous ne considérons pas cela comme une mauvaise chose, un peu déroutant peut-être, mais c'est là que nous intervenons. Ci-dessous, nous détaillerons la gamme de nouveaux vélos du dernier ajout, le moteur QJ.

Maintenant, quand nous disons nouveau, nous entendons en fait « nouveau au BeNeLux », mais il y a bien plus encore. Comme vous l'avez peut-être deviné, le moteur QJ est chinois, ce qui signifie qu'il faut se plonger un peu dans son histoire pour savoir à quoi on a affaire. Étant basé aux Pays-Bas, notre perspective se limite à l'importateur – ce qui ne nous semble pas très intéressant de trop s'étendre. Cependant, on peut affirmer sans se tromper que MotoMondo a tendu le cou pour nous offrir cette marque, en collaboration avec le groupe Louwman, qui est à son tour importateur de motos Suzuki. Ces acteurs majeurs du marché BeneLux font donc suffisamment confiance à la marque pour y associer leur nom. Et cela vous montre à quel point ils pensent que ces vélos sont bien faits.

Ce qui n’est pas très surprenant si vous vous penchez réellement sur la marque, son propriétaire, ses partenaires et ses produits. Comme c'est le cas avec plusieurs autres marques chinoises, QJ Motor a distribué des millions d'unités et dispose d'un portefeuille dont de nombreuses autres marques ne peuvent que rêver. Par exemple, les vélos Benelli sont également fabriqués en Chine, par la même entreprise.

QJ Motor s'est déjà fait un nom en Asie, vous reconnaîtrez peut-être même la marque en participant au Grand Prix. Ce n’est pas un nouvel acteur qui a constitué une gamme de vélos assez triée. Une chose qui ressort cependant est l’orientation de cette gamme. Bien sûr, leur catalogue propose de nombreux vélos de petite cylindrée, mais il propose également quelques vélos plus gros et intéressants. Ce sont les vélos qui intéressent beaucoup plus le marché international, et donc ces vélos nous arrivent en ce moment. Certains lecteurs trouveront peut-être qu'il manque un modèle, mais la raison principale est probablement une mise à jour imminente qu'attend l'importateur. A trier avant trop longtemps, élargissant ainsi la gamme. Attendez et vous recevrez.

À l'heure actuelle, nous avons cinq grosses motos différentes et d'autres arriveront cette année ou l'année prochaine. Ajoutez les vélos 125cc et vous pouvez parler d'une autonomie très décente. Mettez-les tous ensemble (comme nous l’avons fait sur la photo) et vous avez besoin de pas mal d’espace !

Alors c'est parti, nous allons juste passer brièvement en revue certaines des caractéristiques de ces vélos et dire un peu à quoi ils ressemblent, se sentent ou nous impressionnent autrement.

SRT800

Commençons par le plus gros du lot, le SRT 800. Il s'agit d'un vélo d'aventure bicylindre de 800 cmXNUMX qui se décline en deux versions, soit de base, soit de Touring. La différence entre les deux, un peu comme les autres vélos de cette catégorie, réside dans le kit de bagages. Et à mon humble avis, vous auriez du mal à acheter la version de base, car vous pouvez toujours laisser les valises à la maison quand vous en avez envie, mais les avoir toujours lorsque vous partez pour un grand voyage.

Le vélo lui-même est GRAND. C'est gérable, mais oui, c'est une poignée. Toutes les fonctionnalités fonctionnent comme prévu, jusqu'à la connectivité, vous permettant d'exécuter la navigation sur votre téléphone qui apparaît sur le grand tableau de bord. Honnêtement, cela me semble suffisant. La navigation sur votre mobile s’améliorant constamment, il n’est vraiment plus nécessaire d’acheter une technologie de navigation dédiée.

Le vélo roule comme on peut s'y attendre d'un jumeau 800, mais il présente un peu de rugosité dans la cartographie d'injection. Il faut un certain temps pour s'y habituer, mais ce n'est pas grave. Si vous aimez les choses un peu plus douces, il y a le modèle 700, qui est en fait équipé d'un moteur plus récent et apparemment plus perfectionné.

SRT700

Il s'avère que la moto de 700 cm800 est vraiment un match proche de la 800. Et sachant qu'elle roule un peu mieux et n'est pas loin en termes de puissance, c'est peut-être la bonne option. Comme les autres vélos, il est équipé de toute l’électronique dont vous avez besoin, mais sans fioritures. Donc, pas d’antipatinage à un million de pas, pas de contrôle des roues ou d’ABS dans les virages, pas de changement de vitesse rapide, rien de tout cela. Mais il est livré avec Showa, Brembo et bien d’autres pièces que nous apprécions. Il semble un peu plus léger que le XNUMX, donc si je devais choisir, j'opterais probablement pour celui-ci. Même s'il y a un peu de »Konstantfahrtruckeln' (recherchez :-))– c'est cune croissance sur vous.

SRK800RR

C'est une surprise, c'est sûr. Qui aurait cru qu’un constructeur serait assez audacieux pour construire un nouveau vélo supersport à quatre cylindres en ligne de nos jours ? Mais c'est ici et c'est réel. Et cela a du potentiel ; avec une modeste puissance de 100 ch, ce n'est pas la moto la plus puissante du marché – étant donné qu'elle a 800 cm600 et non XNUMX – mais cela n'a pas d'importance du tout. Jusqu’à il y a dix ans, cela aurait pu être une disqualification instantanée, mais les temps ont changé. Ce type de puissance laisse une certaine marge pour la fiabilité – le moteur n'a pas besoin de travailler aussi fort – et pour un couple vraiment satisfaisant.

Cela ne change rien au sentiment que nous avons d'être renvoyés une décennie en arrière lorsque nous balançons notre jambe sur cette machine. L'ensemble de la configuration crie simplement : 'nous sommes ici… il y a longtemps'. Malgré son écran TFT, ses feux LED et ses ailes aérodynamiques de chaque côté, c'est juste un peu… nostalgique de s'asseoir sur une moto qui met autant l'accent sur l'avant. Mais une fois que cette image s’estompe, elle grandit sur vous. Parce que rappelez-vous ; ces vélos étaient amusants, non ? C'était le vélo de choix pour tout ce que nous faisions, qu'il s'agisse d'un long trajet sur autoroute, de trois semaines de vacances ou d'une course rapide sur un col de montagne, il n'y avait aucune discussion. Alors peut-être… on a vieilli ?

Quoi qu’il en soit, si vous – comme moi – vous souvenez de ce que c’était, eh bien, c’est comme ça. Avec en prime les gadgets numériques que nous venons de citer – et n'oublions pas le look. Ça a l'air vraiment cool. Si certains détails de style sont reconnaissables, l'aspect général n'en souffre pas, peut-être même au contraire. Et bien, si vous aimez rouler en Supersport à un pouce de sa durée de vie, voici une nouvelle option pour vous... et ce n'est pas si cher que ça !

550 SRK

C’était celui que j’attendais vraiment avec impatience. Cela semble amusant dès la sortie de la boîte. Et vraiment, ça ne déçoit pas. Il s'agit d'un vélo nu bicylindre, avec une cylindrée légèrement inférieure à celle des bicylindres auxquels nous sommes habitués. Vous pouvez donc imaginer à quoi vous attendre, c'est 60 HP de facilité et bien, amusant. La moto n'est pas vraiment grande, mais elle semble assez différente de la Ninja 650, par exemple. Bien que ce vélo ait connu pas mal d’évolution au fil du temps, sa première incarnation était définitivement petite. Le SRK a sauté ce voyage pour la plupart, mais se sent toujours un peu court dans le sens de la longueur. Il ressemble beaucoup aux autres vélos de la marque, mais nettement plus court. Mais on s'y habitue, ce n'est pas comme si tout le monde échangerait des vélos comme nous l'avons fait lors de notre journée avec QJ Motor, n'est-ce pas ?

Entre les différents vélos que nous avons essayés, il semble que QJ ait le Injection de carburant au point sur celui-ci. Nous n'avions qu'un seul exemplaire de chaque modèle à tester, il n'est donc pas vraiment juste de faire des déclarations définitives, mais il nous a quand même semblé que ce vélo était le plus fluide et le plus mature de la gamme que nous ayons pu essayer.

Ensuite, il y a l’électronique – il y a toujours place à l’amélioration, n’est-ce pas ? La moto est équipée d'un système antipatinage – qui peut bien sûr être désactivé, mais cela m'aurait pris beaucoup plus de temps que nécessaire pour le comprendre. Et nous aimerions savoir à quel point c'est bon en wheeling, n'est-ce pas ? Je suppose que nous devrons attendre cette réponse…..

Quoi qu'il en soit, toutes les autres fonctionnalités fonctionnent à merveille, y compris l'affichage, la connectivité et tous les autres modernismes dont nous pouvons facilement nous passer, mais sont certainement « agréables à avoir » sur un nouveau vélo.

Enfin, je me demande quel serait le comportement de ce vélo sur un long trajet et avec des bagages, c'est pour une autre fois peut-être….

SRV600

Le dernier vélo de la gamme que nous avons essayé s’est avéré être la plus grande surprise. Vous pensez peut-être qu'il a une familleregarde, ça nous rappellee motos produites par un certain constructeur américain, et bien, ce n'est pas un hasard.

Cependant, le SRV 600 a quelque chose d'autre à offrir que nous n'avons même pas remarqué tout de suite – et c'est vraiment son plus grand atout : ce vélo est propulsé par un V4. Vous voyez le système d'échappement ? Cela fait 4 silencieux, monsieur. Nous ne l'avons pas remarqué au début, mais nous avons été corrigés très vite. Alors que les différents membres de notre groupe de correspondants moto se relayaient pour conduire toutes les différentes motos, il nous a fallu un certain temps pour conduire le SRV, mais bon sang, cela a-t-il déjà gâché nos sens ! Dès l'arrêt, le démarrage vous offre un son stéréo complet. Et ce son n’a rien à voir non plus avec les moteurs V4 que nous connaissons. Cela ne ressemble pas à une Ducati, ni à une VFR. Peut-être un peu comme une Aprilia, mais surtout, cela ressemble à un très bon V4 des années 30. Oui en effet, rouler avec vengeance sur ce vélo de type cruiser/bobber vous donne l'impression de viser le record du tour sur l'île de Man sur une RC30 à part entière (ou peut-être une NC5), même si elle ne tourne pas vraiment. aussi haut. Combinez cela avec le fait que ce moteur est à injection et approuvé EuroXNUMX, je suis convaincu que ce moteur trouvera sa place dans une configuration nue ou même supersportive. Je serais même enclin à le faire moi-même, si l'occasion se présentait. Si cela me donne l’air trop enthousiaste, c’est parce que je le suis.

La balade est également très amusante. Bien sûr, c'est un bobber, qui a ses limites, mais on peut facilement trouver ces limites et être assez rapide en même temps. Même si je ne suis pas sûr que tout le monde appréciera sa sonorité d'échappement, car elle est très distinctive (est-ce que cela attirera les acheteurs ou non ?), mais la conduite est excellente, la puissance est bonne, même la suspension est très bien. Alors oui, essayez-le. Allez-y. Faites-vous plaisir. Et soyez surpris…

Partager cet article, Choisissez votre plate-forme!

About the Author: Vincent Burger

Laissez Un Commentaire

Tags

Il y a un petit nouveau en ville !

Tout d'un coup, il semble que tout le monde et ses voisins sortent des motos à un rythme alarmant. Mais nous ne considérons pas cela comme une mauvaise chose, un peu déroutant peut-être, mais c'est là que nous intervenons. Ci-dessous, nous détaillerons la gamme de nouveaux vélos du dernier ajout, le moteur QJ.

Maintenant, quand nous disons nouveau, nous entendons en fait « nouveau au BeNeLux », mais il y a bien plus encore. Comme vous l'avez peut-être deviné, le moteur QJ est chinois, ce qui signifie qu'il faut se plonger un peu dans son histoire pour savoir à quoi on a affaire. Étant basé aux Pays-Bas, notre perspective se limite à l'importateur – ce qui ne nous semble pas très intéressant de trop s'étendre. Cependant, on peut affirmer sans se tromper que MotoMondo a tendu le cou pour nous offrir cette marque, en collaboration avec le groupe Louwman, qui est à son tour importateur de motos Suzuki. Ces acteurs majeurs du marché BeneLux font donc suffisamment confiance à la marque pour y associer leur nom. Et cela vous montre à quel point ils pensent que ces vélos sont bien faits.

Ce qui n’est pas très surprenant si vous vous penchez réellement sur la marque, son propriétaire, ses partenaires et ses produits. Comme c'est le cas avec plusieurs autres marques chinoises, QJ Motor a distribué des millions d'unités et dispose d'un portefeuille dont de nombreuses autres marques ne peuvent que rêver. Par exemple, les vélos Benelli sont également fabriqués en Chine, par la même entreprise.

QJ Motor s'est déjà fait un nom en Asie, vous reconnaîtrez peut-être même la marque en participant au Grand Prix. Ce n’est pas un nouvel acteur qui a constitué une gamme de vélos assez triée. Une chose qui ressort cependant est l’orientation de cette gamme. Bien sûr, leur catalogue propose de nombreux vélos de petite cylindrée, mais il propose également quelques vélos plus gros et intéressants. Ce sont les vélos qui intéressent beaucoup plus le marché international, et donc ces vélos nous arrivent en ce moment. Certains lecteurs trouveront peut-être qu'il manque un modèle, mais la raison principale est probablement une mise à jour imminente qu'attend l'importateur. A trier avant trop longtemps, élargissant ainsi la gamme. Attendez et vous recevrez.

À l'heure actuelle, nous avons cinq grosses motos différentes et d'autres arriveront cette année ou l'année prochaine. Ajoutez les vélos 125cc et vous pouvez parler d'une autonomie très décente. Mettez-les tous ensemble (comme nous l’avons fait sur la photo) et vous avez besoin de pas mal d’espace !

Alors c'est parti, nous allons juste passer brièvement en revue certaines des caractéristiques de ces vélos et dire un peu à quoi ils ressemblent, se sentent ou nous impressionnent autrement.

SRT800

Commençons par le plus gros du lot, le SRT 800. Il s'agit d'un vélo d'aventure bicylindre de 800 cmXNUMX qui se décline en deux versions, soit de base, soit de Touring. La différence entre les deux, un peu comme les autres vélos de cette catégorie, réside dans le kit de bagages. Et à mon humble avis, vous auriez du mal à acheter la version de base, car vous pouvez toujours laisser les valises à la maison quand vous en avez envie, mais les avoir toujours lorsque vous partez pour un grand voyage.

Le vélo lui-même est GRAND. C'est gérable, mais oui, c'est une poignée. Toutes les fonctionnalités fonctionnent comme prévu, jusqu'à la connectivité, vous permettant d'exécuter la navigation sur votre téléphone qui apparaît sur le grand tableau de bord. Honnêtement, cela me semble suffisant. La navigation sur votre mobile s’améliorant constamment, il n’est vraiment plus nécessaire d’acheter une technologie de navigation dédiée.

Le vélo roule comme on peut s'y attendre d'un jumeau 800, mais il présente un peu de rugosité dans la cartographie d'injection. Il faut un certain temps pour s'y habituer, mais ce n'est pas grave. Si vous aimez les choses un peu plus douces, il y a le modèle 700, qui est en fait équipé d'un moteur plus récent et apparemment plus perfectionné.

SRT700

Il s'avère que la moto de 700 cm800 est vraiment un match proche de la 800. Et sachant qu'elle roule un peu mieux et n'est pas loin en termes de puissance, c'est peut-être la bonne option. Comme les autres vélos, il est équipé de toute l’électronique dont vous avez besoin, mais sans fioritures. Donc, pas d’antipatinage à un million de pas, pas de contrôle des roues ou d’ABS dans les virages, pas de changement de vitesse rapide, rien de tout cela. Mais il est livré avec Showa, Brembo et bien d’autres pièces que nous apprécions. Il semble un peu plus léger que le XNUMX, donc si je devais choisir, j'opterais probablement pour celui-ci. Même s'il y a un peu de »Konstantfahrtruckeln' (recherchez :-))– c'est cune croissance sur vous.

SRK800RR

C'est une surprise, c'est sûr. Qui aurait cru qu’un constructeur serait assez audacieux pour construire un nouveau vélo supersport à quatre cylindres en ligne de nos jours ? Mais c'est ici et c'est réel. Et cela a du potentiel ; avec une modeste puissance de 100 ch, ce n'est pas la moto la plus puissante du marché – étant donné qu'elle a 800 cm600 et non XNUMX – mais cela n'a pas d'importance du tout. Jusqu’à il y a dix ans, cela aurait pu être une disqualification instantanée, mais les temps ont changé. Ce type de puissance laisse une certaine marge pour la fiabilité – le moteur n'a pas besoin de travailler aussi fort – et pour un couple vraiment satisfaisant.

Cela ne change rien au sentiment que nous avons d'être renvoyés une décennie en arrière lorsque nous balançons notre jambe sur cette machine. L'ensemble de la configuration crie simplement : 'nous sommes ici… il y a longtemps'. Malgré son écran TFT, ses feux LED et ses ailes aérodynamiques de chaque côté, c'est juste un peu… nostalgique de s'asseoir sur une moto qui met autant l'accent sur l'avant. Mais une fois que cette image s’estompe, elle grandit sur vous. Parce que rappelez-vous ; ces vélos étaient amusants, non ? C'était le vélo de choix pour tout ce que nous faisions, qu'il s'agisse d'un long trajet sur autoroute, de trois semaines de vacances ou d'une course rapide sur un col de montagne, il n'y avait aucune discussion. Alors peut-être… on a vieilli ?

Quoi qu’il en soit, si vous – comme moi – vous souvenez de ce que c’était, eh bien, c’est comme ça. Avec en prime les gadgets numériques que nous venons de citer – et n'oublions pas le look. Ça a l'air vraiment cool. Si certains détails de style sont reconnaissables, l'aspect général n'en souffre pas, peut-être même au contraire. Et bien, si vous aimez rouler en Supersport à un pouce de sa durée de vie, voici une nouvelle option pour vous... et ce n'est pas si cher que ça !

550 SRK

C’était celui que j’attendais vraiment avec impatience. Cela semble amusant dès la sortie de la boîte. Et vraiment, ça ne déçoit pas. Il s'agit d'un vélo nu bicylindre, avec une cylindrée légèrement inférieure à celle des bicylindres auxquels nous sommes habitués. Vous pouvez donc imaginer à quoi vous attendre, c'est 60 HP de facilité et bien, amusant. La moto n'est pas vraiment grande, mais elle semble assez différente de la Ninja 650, par exemple. Bien que ce vélo ait connu pas mal d’évolution au fil du temps, sa première incarnation était définitivement petite. Le SRK a sauté ce voyage pour la plupart, mais se sent toujours un peu court dans le sens de la longueur. Il ressemble beaucoup aux autres vélos de la marque, mais nettement plus court. Mais on s'y habitue, ce n'est pas comme si tout le monde échangerait des vélos comme nous l'avons fait lors de notre journée avec QJ Motor, n'est-ce pas ?

Entre les différents vélos que nous avons essayés, il semble que QJ ait le Injection de carburant au point sur celui-ci. Nous n'avions qu'un seul exemplaire de chaque modèle à tester, il n'est donc pas vraiment juste de faire des déclarations définitives, mais il nous a quand même semblé que ce vélo était le plus fluide et le plus mature de la gamme que nous ayons pu essayer.

Ensuite, il y a l’électronique – il y a toujours place à l’amélioration, n’est-ce pas ? La moto est équipée d'un système antipatinage – qui peut bien sûr être désactivé, mais cela m'aurait pris beaucoup plus de temps que nécessaire pour le comprendre. Et nous aimerions savoir à quel point c'est bon en wheeling, n'est-ce pas ? Je suppose que nous devrons attendre cette réponse…..

Quoi qu'il en soit, toutes les autres fonctionnalités fonctionnent à merveille, y compris l'affichage, la connectivité et tous les autres modernismes dont nous pouvons facilement nous passer, mais sont certainement « agréables à avoir » sur un nouveau vélo.

Enfin, je me demande quel serait le comportement de ce vélo sur un long trajet et avec des bagages, c'est pour une autre fois peut-être….

SRV600

Le dernier vélo de la gamme que nous avons essayé s’est avéré être la plus grande surprise. Vous pensez peut-être qu'il a une familleregarde, ça nous rappellee motos produites par un certain constructeur américain, et bien, ce n'est pas un hasard.

Cependant, le SRV 600 a quelque chose d'autre à offrir que nous n'avons même pas remarqué tout de suite – et c'est vraiment son plus grand atout : ce vélo est propulsé par un V4. Vous voyez le système d'échappement ? Cela fait 4 silencieux, monsieur. Nous ne l'avons pas remarqué au début, mais nous avons été corrigés très vite. Alors que les différents membres de notre groupe de correspondants moto se relayaient pour conduire toutes les différentes motos, il nous a fallu un certain temps pour conduire le SRV, mais bon sang, cela a-t-il déjà gâché nos sens ! Dès l'arrêt, le démarrage vous offre un son stéréo complet. Et ce son n’a rien à voir non plus avec les moteurs V4 que nous connaissons. Cela ne ressemble pas à une Ducati, ni à une VFR. Peut-être un peu comme une Aprilia, mais surtout, cela ressemble à un très bon V4 des années 30. Oui en effet, rouler avec vengeance sur ce vélo de type cruiser/bobber vous donne l'impression de viser le record du tour sur l'île de Man sur une RC30 à part entière (ou peut-être une NC5), même si elle ne tourne pas vraiment. aussi haut. Combinez cela avec le fait que ce moteur est à injection et approuvé EuroXNUMX, je suis convaincu que ce moteur trouvera sa place dans une configuration nue ou même supersportive. Je serais même enclin à le faire moi-même, si l'occasion se présentait. Si cela me donne l’air trop enthousiaste, c’est parce que je le suis.

La balade est également très amusante. Bien sûr, c'est un bobber, qui a ses limites, mais on peut facilement trouver ces limites et être assez rapide en même temps. Même si je ne suis pas sûr que tout le monde appréciera sa sonorité d'échappement, car elle est très distinctive (est-ce que cela attirera les acheteurs ou non ?), mais la conduite est excellente, la puissance est bonne, même la suspension est très bien. Alors oui, essayez-le. Allez-y. Faites-vous plaisir. Et soyez surpris…

Partager cet article, Choisissez votre plate-forme!

About the Author: Vincent Burger

Laissez Un Commentaire

Tags