Dans cette série «Custom Crafts», notre nouveau contributeur Ron Bétist vous emmène dans son voyage à la découverte du monde derrière la scène de la moto custom. Habituellement, le constructeur ou l'atelier obtient tous les crédits d'un projet terminé, mais il ou elle est souvent soutenu par une variété d'artistes. Ron leur donnera les crédits qu'ils méritent. Le premier épisode concerne le néerlandais sur roues:

Femmes et roues

Lisa DGR2017

Les femmes et les motos forment invariablement une combinaison intéressante (pour beaucoup d'entre nous!). Parfois, ils ne sont qu'un accessoire attrayant stratégiquement positionné pour attirer davantage l'attention sur les images de vélos déjà cool. Tous sont très beaux et agréables à regarder, mais lorsqu'ils sont un élément structurel de la conception de la moto elle-même, cela devient un tout autre jeu de balle.

Lisa Ottevanger, de Dutch on Wheels, a grandi dans une famille dédiée au vélo dans le sud des Pays-Bas. Son père et ses oncles montaient tous et faisaient des vélos classiques. Ses pères personnalisés BMW l'ont vraiment accrochée, dès le début des années soixante-dix.

Elle s'asseyait simplement dans un coin de son hangar à l'observer, pendant qu'il s'essayait à personnaliser un vélo à son goût. Mais le virus a grandi au-delà de la simple observation alors qu'elle devenait un partenaire passager enthousiaste.

Alors que la conduite elle-même était mise en veilleuse (les études, une relation et les enfants étant les principaux `` obstacles ''), elle a actuellement entrepris d'obtenir son permis. Dans son adolescence, elle a déménagé à Amsterdam pour étudier les arts, mais l'attrait des motos a persisté.

Aller en solo

En tant que graphiste, il a fallu attendre 2015 pour franchir une étape majeure et se lancer seule dans la création de «Dutch on Wheels». Un ami lui a demandé d'effectuer une partie de sa magie sur un garde-boue avant et son casque. C'est alors que le rêve a commencé à toucher la réalité. S'occupant du travail commandé dans son travail régulier, Lisa a régulièrement attiré l'attention de la scène de la personnalisation à la mode avec son travail exceptionnel.

Développer un style

Elle a développé son propre style, travaillant sur des vélos, des planches, des casques et des vêtements. Rendre les gens heureux avec ses créations est une grande source d'énergie pour «Dutch on Wheels», alors qu'elle flotte sans effort entre les mondes des motards, des surfeurs ou des skateurs.

Des lignes et des rayures élégantes, parfois légèrement rappelant l'inspiration orientale, du noir et blanc ou des couleurs épanouies inspirées du style rétro des années 70, le tout appliqué à une grande variété de surfaces avec des coups doux de ses pinceaux fins.

Néerlandais sur roues (1)

Rêver

Interrogée sur son plus grand rêve si l'argent n'était pas un problème, Lisa n'a pas à réfléchir une seconde avant de répondre: «Faire de Dutch on Wheels une vraie marque est une chose, mais créer un projet artistique durable en conjonction avec une bonne cause est mon plus grand souhait. Fantasmer follement sans aucune limite? », Elle répète la question:« Que diriez-vous d'une moto créée à partir de plastique recyclé? A quel point ce serait cool?" elle s'enthousiasme. 

[su_custom_gallery source=”media: 9357,9356,9347,9349″ link=”lightbox” width=”300″ height=”300″ title=”jamais”]

Devenir une marque

Son travail prenant forme en tant que marque, Lisa a été invitée à un nombre croissant d'événements nationaux et internationaux au cours des dernières années.

2017 a été une étape majeure dans sa carrière. Sa visibilité internationale a reçu un formidable coup de pouce lorsque Dutch on Wheels s'est vu offrir l'opportunité d'exposer son art à la foire de printemps au 'Bike Shed' à Londres. Une aubaine de nouvelles connexions internationales était le résultat logique de sa présence au cœur de cet événement.

Sa créativité ne se limite pas à son art. Communiquant intelligemment via toutes les artères du monde numérique, Lisa génère en permanence de nouveaux fans de partout dans le monde. Malgré le moyen facile d'atteindre un large public par voie électronique, pour elle, rien ne vaut la profondeur du contact personnel. Chaque fois qu'il y a un événement qu'elle aime, Lisa sera présente si elle peut l'intégrer à son emploi du temps chargé.

Petits boulots

«Vous a-t-on déjà proposé de travailler sur un projet totalement à gauche du centre?» J'ai demandé en interviewant Lisa. «C'est drôle que vous mentionniez cela», répond-elle. «Cet été, on m'a demandé de peindre un bateau-école à Marken [aux Pays-Bas]. Même si je ne suis pas quelque chose sur roues, je suis très tenté d'y aller. Le fait de l'amarrer dans les ports du monde entier est aussi séduisant que l'appel de la sirène pour moi.

Favoris à deux roues

En ce qui concerne sa propre moto, Lisa a un point faible pour une moto classique depuis qu'elle a vu un de ses amis piloter une Triumph Tiger de 1972. Ce vélo vient de se positionner au plus profond de son cerveau, là où réside la liste des choses à faire. Pourtant, chaque fois qu'elle est grondée par le rugissement distinctif d'une Harley Davidson, la chair de poule apparaît comme de la magie. Le vrai plaisir de faire du vélo n'est pas seulement de l'entendre, mais aussi de le sentir éveiller tous vos sens. Une Harley fait exactement cela.

Malgré leur fiabilité et leur innovation technique, les races japonaises ne parviennent pas à exciter cet artiste. Le design et la fraîcheur italiens peuvent encore la faire passer de l'héritage britannique ou américain classique. Le temps nous le dira.

Avant de prendre la route seule, Lisa devra d'abord passer les tests pour sa licence. Mais quand elle le fera, le monde verra une cavalière décontractée, désireuse d'explorer le labyrinthe des routes sud-africaines avec ses enfants et sa famille en fidèles compagnons.

En attendant, l'accent sera mis sur la croissance de son réseau de clients et de ses compétences en tant qu'artiste. Nous suivrons les sentiers de «Dutch on Wheels» avec intérêt pendant qu'elle nous fait découvrir son merveilleux talent.

By Publié le: 18 mars 2018Catégories: Artisanat personnalisé1 Commentaires sur Custom Crafts: Dutch On Wheels4.8 min readVues: 523

Partager cet article, Choisissez votre plate-forme!

About the Author: Ron Bétist

Ron Betist a grandi avec des motos avec un père à la tête de la police des motos d'Amsterdam. Il roule (légalement) depuis plus de 40 ans et la moto est sa véritable passion. Avec une longue carrière dans le marketing et la vente, il dispose d'un vaste réseau international. Il a rejoint en tant que contributeur à BikeBrewers en 2017 pour faire connaître sa parole sur les vélos au reste du monde.

Un commentaire

  1. Nychawk Mars 19, 2018 à 7: 02 pm - Répondre

    « Les femmes et les motos forment invariablement une combinaison intéressante (pour beaucoup d'entre nous !). Parfois, ils ne sont qu'un accessoire attrayant stratégiquement positionné pour attirer l'attention sur les photos de vélos déjà cool. Tous très beaux et agréables à regarder, mais lorsqu'ils sont un élément structurel de la conception de la moto elle-même, cela devient un tout autre jeu de balle.

    J'aime vraiment ce que vous essayez de faire ici («… (le constructeur) est soutenu par une variété d'artistes. Ron leur donnera les crédits qu'ils méritent») et l'article est génial, mais je pense que votre intro est éteinte et contribue au sexisme qui imprègne déjà le monde de la moto. En tant que mari et motocycliste passionné, je veux que ma femme, qui fait de la moto depuis plus de 20 ans, et les autres femmes qui aiment les motos soient considérées comme des pairs, et non comme de simples accessoires attrayants «stratégiquement positionnés pour attirer davantage l'attention sur les photos de déjà vélos à la recherche cool ».

Laissez Un Commentaire

Tags

Dans cette série «Custom Crafts», notre nouveau contributeur Ron Bétist vous emmène dans son voyage à la découverte du monde derrière la scène de la moto custom. Habituellement, le constructeur ou l'atelier obtient tous les crédits d'un projet terminé, mais il ou elle est souvent soutenu par une variété d'artistes. Ron leur donnera les crédits qu'ils méritent. Le premier épisode concerne le néerlandais sur roues:

Femmes et roues

Lisa DGR2017

Les femmes et les motos forment invariablement une combinaison intéressante (pour beaucoup d'entre nous!). Parfois, ils ne sont qu'un accessoire attrayant stratégiquement positionné pour attirer davantage l'attention sur les images de vélos déjà cool. Tous sont très beaux et agréables à regarder, mais lorsqu'ils sont un élément structurel de la conception de la moto elle-même, cela devient un tout autre jeu de balle.

Lisa Ottevanger, de Dutch on Wheels, a grandi dans une famille dédiée au vélo dans le sud des Pays-Bas. Son père et ses oncles montaient tous et faisaient des vélos classiques. Ses pères personnalisés BMW l'ont vraiment accrochée, dès le début des années soixante-dix.

Elle s'asseyait simplement dans un coin de son hangar à l'observer, pendant qu'il s'essayait à personnaliser un vélo à son goût. Mais le virus a grandi au-delà de la simple observation alors qu'elle devenait un partenaire passager enthousiaste.

Alors que la conduite elle-même était mise en veilleuse (les études, une relation et les enfants étant les principaux `` obstacles ''), elle a actuellement entrepris d'obtenir son permis. Dans son adolescence, elle a déménagé à Amsterdam pour étudier les arts, mais l'attrait des motos a persisté.

Aller en solo

En tant que graphiste, il a fallu attendre 2015 pour franchir une étape majeure et se lancer seule dans la création de «Dutch on Wheels». Un ami lui a demandé d'effectuer une partie de sa magie sur un garde-boue avant et son casque. C'est alors que le rêve a commencé à toucher la réalité. S'occupant du travail commandé dans son travail régulier, Lisa a régulièrement attiré l'attention de la scène de la personnalisation à la mode avec son travail exceptionnel.

Développer un style

Elle a développé son propre style, travaillant sur des vélos, des planches, des casques et des vêtements. Rendre les gens heureux avec ses créations est une grande source d'énergie pour «Dutch on Wheels», alors qu'elle flotte sans effort entre les mondes des motards, des surfeurs ou des skateurs.

Des lignes et des rayures élégantes, parfois légèrement rappelant l'inspiration orientale, du noir et blanc ou des couleurs épanouies inspirées du style rétro des années 70, le tout appliqué à une grande variété de surfaces avec des coups doux de ses pinceaux fins.

Néerlandais sur roues (1)

Rêver

Interrogée sur son plus grand rêve si l'argent n'était pas un problème, Lisa n'a pas à réfléchir une seconde avant de répondre: «Faire de Dutch on Wheels une vraie marque est une chose, mais créer un projet artistique durable en conjonction avec une bonne cause est mon plus grand souhait. Fantasmer follement sans aucune limite? », Elle répète la question:« Que diriez-vous d'une moto créée à partir de plastique recyclé? A quel point ce serait cool?" elle s'enthousiasme. 

[su_custom_gallery source=”media: 9357,9356,9347,9349″ link=”lightbox” width=”300″ height=”300″ title=”jamais”]

Devenir une marque

Son travail prenant forme en tant que marque, Lisa a été invitée à un nombre croissant d'événements nationaux et internationaux au cours des dernières années.

2017 a été une étape majeure dans sa carrière. Sa visibilité internationale a reçu un formidable coup de pouce lorsque Dutch on Wheels s'est vu offrir l'opportunité d'exposer son art à la foire de printemps au 'Bike Shed' à Londres. Une aubaine de nouvelles connexions internationales était le résultat logique de sa présence au cœur de cet événement.

Sa créativité ne se limite pas à son art. Communiquant intelligemment via toutes les artères du monde numérique, Lisa génère en permanence de nouveaux fans de partout dans le monde. Malgré le moyen facile d'atteindre un large public par voie électronique, pour elle, rien ne vaut la profondeur du contact personnel. Chaque fois qu'il y a un événement qu'elle aime, Lisa sera présente si elle peut l'intégrer à son emploi du temps chargé.

Petits boulots

«Vous a-t-on déjà proposé de travailler sur un projet totalement à gauche du centre?» J'ai demandé en interviewant Lisa. «C'est drôle que vous mentionniez cela», répond-elle. «Cet été, on m'a demandé de peindre un bateau-école à Marken [aux Pays-Bas]. Même si je ne suis pas quelque chose sur roues, je suis très tenté d'y aller. Le fait de l'amarrer dans les ports du monde entier est aussi séduisant que l'appel de la sirène pour moi.

Favoris à deux roues

En ce qui concerne sa propre moto, Lisa a un point faible pour une moto classique depuis qu'elle a vu un de ses amis piloter une Triumph Tiger de 1972. Ce vélo vient de se positionner au plus profond de son cerveau, là où réside la liste des choses à faire. Pourtant, chaque fois qu'elle est grondée par le rugissement distinctif d'une Harley Davidson, la chair de poule apparaît comme de la magie. Le vrai plaisir de faire du vélo n'est pas seulement de l'entendre, mais aussi de le sentir éveiller tous vos sens. Une Harley fait exactement cela.

Malgré leur fiabilité et leur innovation technique, les races japonaises ne parviennent pas à exciter cet artiste. Le design et la fraîcheur italiens peuvent encore la faire passer de l'héritage britannique ou américain classique. Le temps nous le dira.

Avant de prendre la route seule, Lisa devra d'abord passer les tests pour sa licence. Mais quand elle le fera, le monde verra une cavalière décontractée, désireuse d'explorer le labyrinthe des routes sud-africaines avec ses enfants et sa famille en fidèles compagnons.

En attendant, l'accent sera mis sur la croissance de son réseau de clients et de ses compétences en tant qu'artiste. Nous suivrons les sentiers de «Dutch on Wheels» avec intérêt pendant qu'elle nous fait découvrir son merveilleux talent.

By Publié le: 18 mars 2018Catégories: Artisanat personnalisé1 Commentaires sur Custom Crafts: Dutch On Wheels4.8 min readVues: 523

Partager cet article, Choisissez votre plate-forme!

About the Author: Ron Bétist

Ron Betist a grandi avec des motos avec un père à la tête de la police des motos d'Amsterdam. Il roule (légalement) depuis plus de 40 ans et la moto est sa véritable passion. Avec une longue carrière dans le marketing et la vente, il dispose d'un vaste réseau international. Il a rejoint en tant que contributeur à BikeBrewers en 2017 pour faire connaître sa parole sur les vélos au reste du monde.

Un commentaire

  1. Nychawk Mars 19, 2018 à 7: 02 pm - Répondre

    « Les femmes et les motos forment invariablement une combinaison intéressante (pour beaucoup d'entre nous !). Parfois, ils ne sont qu'un accessoire attrayant stratégiquement positionné pour attirer l'attention sur les photos de vélos déjà cool. Tous très beaux et agréables à regarder, mais lorsqu'ils sont un élément structurel de la conception de la moto elle-même, cela devient un tout autre jeu de balle.

    J'aime vraiment ce que vous essayez de faire ici («… (le constructeur) est soutenu par une variété d'artistes. Ron leur donnera les crédits qu'ils méritent») et l'article est génial, mais je pense que votre intro est éteinte et contribue au sexisme qui imprègne déjà le monde de la moto. En tant que mari et motocycliste passionné, je veux que ma femme, qui fait de la moto depuis plus de 20 ans, et les autres femmes qui aiment les motos soient considérées comme des pairs, et non comme de simples accessoires attrayants «stratégiquement positionnés pour attirer davantage l'attention sur les photos de déjà vélos à la recherche cool ».

Laissez Un Commentaire

Tags